Une pétition pour le maintien d’un C-130 à Melsbroek plutôt que Beauvechain

27/12/2020, 09:10
B9725646180Z.1-20201226131359-000+G5SHAAMFT.1-0
Shares268

Une pétition en ligne a été lancée pour la conservation à l’aéroport militaire de Melsbroek d’un avion de transport militaire C-130H Hercules que l’armée s’apprête à retirer du service, plutôt qu’au sein du centre historique de Beauvechain, lequel s’engage à conserver l’appareil intact pour le présenter au grand public.

« La seule base d’attache pour conserver notre C-130 CH-13 (son immatriculation) après son retrait, c’est Melsbroek. Le ministère de la Défense a pris la décision peu respectueuse de donner le CH-13 au +1st Wing Historical Centre+ à Beauvechain. Nous voulons le CH-13 comme +gate guardian+ (gardien de l’entrée) », affirment les initiateurs de cette pétition.

Plus de 300 personnes l’avaient signée samedi matin, dont d’anciens pilotes et mécaniciens, ainsi que des para-commandos, utilisateurs fréquents de ce type d’appareil.

Parmi les premiers signataires figurent le général-major en retraite Karel Vervoort, un ancien commandant du 15e wing de transport aérien – l’unité de la composante Air basée à Melsbroek – qui écrit qu’« il n’y a aucune raison de mettre un C-130 à Beauvechain ».

« C’est une claire manipulation du clan (de l’ancien ministre de la Défense, André) Flahaut soutenu par quelques idiots consentants, dont un ancien commandant du 15e wing », ajoute-t-il, sans le nommer.

La base de Melsbroek abrite l’asbl Dakota (du nom de l’avion C-47 datant de la Seconde Guerre mondiale), qui fait office de centre de documentation du 15e wing et qui restaure d’anciens avions de transport utilisés par l’unité : un C-47, un C-119G Flying Boxcar – que la Flandre a voulu « nationaliser » en l’inscrivant comme faisant partie de son patrimoine d’intérêt majeur – et un Percival Pembroke.

Le 1WHC retrace pour sa part l’histoire des unités de la base de Beauvechain, où aucun C-130 n’a jamais été stationné, de 1935 à nos jours, et possède plusieurs avions déclassés qu’il présente au public grâce à un accès distinct de celui de la base.

Tout en se refusant à toute « dispute » et en regrettant que deux avions ne soient pas disponibles pour une préservation – un par base –, le centre historique de Beauvechain met en avant sa volonté de permettre au grand public d’avoir accès au C-130 et de ne pas le réserver à des privilégiés, comme ce serait le cas à Melsbroek, où il serait monté sur un socle dans l’enceinte militaire.

« Nous souhaitons garder l’avion dans son intégralité pour l’offrir au public » pour lui permettre de l’« admirer de près », a expliqué un responsable du 1WHC sous le couvert de l’anonymat à l’agence Belga.

M. Flahaut (PS) a pour sa part défendu samedi le choix de Beauvechain par une recommandation faite en ce sens par le War Heritage Institute (WHI), le parastatal du ministère de la Défense dédié à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire.

L’armée a revendu neuf C-130, des pièces de rechange, des outils et d’autres systèmes connexes à Sabena Aerospace, entreprise appartenant au nouveau groupe Blueberry, et Blue Aerospace, société du groupe américain Heico. Ces appareils seront tous retirés du service d’ici la fin 2021 et remplacés par huit Airbus A400M, dont un Luxembourgeois, mais un exemplaire – le CH-13 – devra contractuellement être préservé.

Source: Belga