Tous les Alpha-Jet belges sont rentrés au pays pour être mis en vente

19/01/2020, 08:27
Le Alpha-Jet belge AT10
© Wikimedia - Lofting

Les derniers avions d'entraînement Alpha-Jet de la composante Air sont rentrés au bercail après un séjour de près d'une quinzaine d'années à Cazaux (sud-ouest de la France) où ils ont servi au sein d'une école de pilotage franco-belge pour pilotes de chasse désormais défunte, a-t-on appris mardi de source militaire.

Vingt-cinq avions de ces appareils – sur 33 livrés entre 1978 et 1980 – ont été mis en vente et une société canadienne semble intéressée par leur rachat. Quelques exemplaires ont été préservés en Belgique et en France.

Les trois derniers Alpha-Jet de retour de Cazaux, plus d'un an après la fermeture, en octobre 2018, de la filière binationale de formation de pilotes, baptisée "Advanced Jet Training School" (AJeTS), se sont posés lundi en début d'après-midi sur la base aérienne de Beauvechain, où ils sont désormais stockés dans l'attente de leur vente, a précisé la composante Air.

L'AJeTS avait vu le jour en 2004 grâce à un un accord signé par les ministres belge et français de la Défense de l'époque, André Flahaut et Michèle Alliot-Marie. Elle mettait en commun des moyens matériels – les "Alpha-Jet" et de la logistique – et humains, dont des instructeurs. Elle a permis aux deux pays d'entraîner conjointement 380 aviateurs – dont 165 Belges – sur Alpha-Jet, avant de mettre la clé sous le paillasson.

La Belgique a choisi pour la remplacer une formule éprouvée: la formation des pilotes de combat au sein de l'Euro-NATO Joint Jet Pilot Training (ENJJPT), une école installée sur la base aérienne Sheppard, près de Wichita Falls, dans le nord du Texas.

L'armée de l'Air française avait continué à utiliser les Alpha Jet tout au long de l'année 2018, jusqu'à leur retour à Beauvechain en plusieurs vagues, dont la dernière de trois avions s'est posée lundi.

Belga