Opération “Red Kite” : seize Belges et leurs familles déjà évacués de Kaboul

20/08/2021, 18:45
REDKITE-Low-Res-6

L’opération de sauvetage des Belges en Afghanistan, dite Red Kite, est en cours. “442 personnes ont été invitées à se rendre à l’aéroport” pour être évacuées, a commencé Sophie Wilmès. Il s’agit de personnes qui sont belges, leurs familles, les personnes placées sous protection belge ou les personnes ayant un titre de séjour, précise la ministre des Affaires étrangères.

“La situation est extrêmement difficile. Surtout à l’aéroport, il est très difficile pour les gens de traverser la foule. Malheureusement, les gens doivent faire la queue pendant près de 8 heures pour s’y rendre”, précise-t-elle, confirmant la situation difficile sur place. Elle a également exhorté les Américains à rester jusqu’à ce que tout le monde soit évacué.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a ensuite pris la parole pour donner des nouvelles des opérations sur place. “Nous avons actuellement trois avions sur place. Du personnel technique, du personnel de sécurité et une centaine de militaires”, a-t-elle fait savoir. Deux vols ont déjà pu être rapatriés entre Kaboul et Islamabad (Pakistan). Le premier avec à bord seulement seize Belges et leur proches étant donné la situation. Le second vol est revenu à vide. Deux autres rotations avaient été prévues pour la journée, mais nos autorités n’ont pas reçu d’autorisation.

Un premier retour vers la Belgique pourra bientôt être effectué. “Nous sommes prêts à effectuer un premier vol retour vers la Belgique, qui sera limité à 68 personnes”, regrette la ministre, “mais il est important de garder notre présence à Islamabad”. Samedi, un autre avion partira de Belgique en direction d’Islamabad ce qui permettra d’augmenter la capacité d’évacuation de 200 places supplémentaires.

Sammy Mahdi est ensuite revenu en détail sur les personnes concernées par la mission de sauvetage : “Des Belges avec leur famille nucléaire, des personnes qui ont travaillé pour la Défense (des interprètes), des personnes qui ont travaillé pour des institutions européennes et internationales, pour des ONG comme les droits des femmes, des journalistes et les Afghans qui ont un titre de séjour ici”. Dans un souci de sécurité, chaque personne est contrôlée avec les données de l’OCAD, l’ADIV et la Sûreté de l’Etat, afin de vérifier que chaque personne évacuée soit bien éligible.

Sophie Wilmès a aussi précisé que nos compatriotes peuvent voyager avec des pays partenaires, tout comme d’autres citoyens sont également autorisés à voyager avec nos avions.

Source: Belga