L’Otan s’exerce au large de la Côte belge, l’armée belge participera avec trois navires

21/08/2020, 14:22
M916 Bellis
Shares344

Une bonne quinzaine de navires de marines de l’Otan participent depuis jeudi et jusqu’au 11 septembre prochain à un exercice international de lutte contre les mines dans les eaux de la mer du Nord, au large de la Côte belge, a annoncé vendredi le ministère de la Défense.

Baptisé “Sandy Coast”, il rassemble seize bâtiments de lutte contre les mines – dont l’une des quatre escadres permanentes de l’Alliance atlantique, le “Standing NATO Mine Counter-Measures Group One” (SNMCMG-1) – et environ 600 militaires, sous la direction de l’Amirauté Benelux (ABNL), le quartier général qui supervise, depuis Den Helder (nord-ouest des Pays-Bas) les opérations des marines belge et néerlandaise.

“Les différents objectifs de l’exercice sont notamment le renforcement de la coopération internationale et l’augmentation de la capacité de déploiement des différentes unités. Ainsi, la gestion des navires par leur personnel est mise à l’épreuve. L’objectif principal est de maintenir l’état de préparation opérationnelle et de l’ajuster si possible”, a expliqué la Défense dans un communiqué.

Selon la Marine, la visibilité limitée sous l’eau, les courants forts omniprésents et le trafic maritime dense rendent les conditions dans la zone d’entraînement, tant au port qu’en mer, particulièrement difficiles et constituent la recette parfaite pour stimuler la coopération et la flexibilité entre les unités multinationales participantes.

Trois chasseurs de mines tripartites (CMT) belges prendront part à cet exercice: les M916 Bellis, M917 Crocus et M921 Lobelia.

La partie “protection portuaire” se déroule dans le port (civil) d’Ostende. Des équipes belges spécialisées dans les opérations en eaux très peu profondes (en jargon “Very Shallow Water”, VSW) grâce à leurs drones sous-marins Remus travailleront en collaboration avec des équipes venues d’Allemagne, de France et des Pays-Bas. Elles sont spécialisées dans la détection d’engins explosifs en eau peu profonde, comme les quais des ports.

“Sandy Coast” verra aussi la participation de drones sous-marins, dont l’Alister 18 du groupe français ECA, qui fera bientôt partie de la nouvelle capacité belgo-néerlandaise de lutte contre les mines – les douze navires qui équiperont les deux marines et attendus à partir de 2024.

Source: Belga