Les Lignards de Spa en Afghanistan pour boucler 17 ans de présence militaire belge

5/05/2021, 14:28
Militaires du 12-13eme de Ligne de Spa - 12-13Li
© BDN
Shares327

L’armée belge vient de procéder à l’ultime relève de son contingent en Afghanistan, où des militaires belges sont présents sans discontinuer depuis février 2003, alors que l’Otan a entamé le retrait de ses troupes de ce pays, qui doit se terminer pour le mois de septembre, a-t-on appris de source militaire.

Un détachement du bataillon 12e de Ligne Prince Léopold-13e de Ligne, une unité d’infanterie casernée à Spa, a succédé aux Chasseurs ardennais stationnés à Marche-en-Famenne. Ils bénéficient du renfort de quelques autres unités, dont le bataillon ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance) et de ses drones.

La relève s’est terminée le 28 avril, avec le retour des derniers membres du détachement déployé à Mazar-i-Sharif (nord), a précisé le service de presse de la Défense à l’agence Belga.

Les Lignards de Spa sont parmi les derniers militaires dépêchés en Afghanistan, où l’armée belge avait débarqué en février 2006 pour assurer – durant près de dix ans – la protection de l’aéroport international de Kaboul (KAIA) dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf, commandée par l’OTAN).

Retrait définitif «pour l’été»

Le contingent actuel, – environ 72 personnes – est intégré dans un détachement multinational de «force protection» sous commandement néerlandais qui sécurise, sur une profondeur de plusieurs kilomètres, le périmètre du camp Marmal, l’aéroport de Mazar-i-Sharif. Ce site est utilisé par les troupes de la mission de la mission Resolute Support (RSM) de l’OTAN, chargée d’assurer la formation, le conseil et l’assistance au profit des forces de sécurité afghanes.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), a annoncé la semaine dernière que le retrait des 72 militaires belges basés à Mazar-i-Sharif «sera achevé pour l’été et ce, en concertation avec notre partenaire allemand», responsable de cette zone.

Elle a précisé que l’armée belge enverrait toutefois un détachement supplémentaire sur place, pour préparer le retrait.

Les Pays-Bas ont pour leur part déployé fin avril un groupe d’environ 80 militaires – des fantassins – pour assurer la sécurité des installations de Mazar-i-Sharif.

Source: Belga