Le quartier-général des forces spéciales américaines en Europe (SOCEUR) pourrait aussi déménager vers belgique

5/08/2020, 08:19
1280px-A-joint-special-forces-team-moves-together-out-of-an-Air-Force-CV-22-Osprey-aircraft,-Feb.-26,-2018
© A joint special forces team move together out of a U.S. Air Force CV-22 Osprey Feb. 26, 2018, at Melrose Training Range, New Mexico. At Emerald Warrior, the largest joint and combined special operations exercise, U.S. Special Operations Command forces train to respond to various threats across the spectrum of conflict. (U.S. Air Force photo/Senior Airman Clayton Cupit)
Shares234

QG européen de l’armée américaine à Mons: Philippe Goffin évoque aussi la possible arrivée d’unités américaines à Chièvres

La Belgique pourrait accueillir, outre le quartier général des forces américaines en Europe (Eucom), d’autres unités américaines dans la région montoise, a indiqué mardi le ministre de la Défense et des Affaires étrangères, Philippe Goffin.

Dans le cadre d’un repositionnement de forces annoncé mercredi dernier par le Pentagone, l’armée américaine devrait déplacer ce QG européen de Stuttgart, dans l’ouest de l’Allemagne, vers Casteau, près de Mons, où se trouve déjà le grand quartier général des puissances alliées en Europe (Shape), qui assure le commandement des opérations de l’Otan. Ce qui doit épargner au général américain qui dirige traditionnellement les deux commandements – actuellement le général Tod Wolters – des allers-retours entre les deux pays.

L’Eucom chapeaute toutes les forces américaines en Europe, qu’elles soient terrestres, navales, aériennes ou autres dans une « zone de responsabilités » comprenant 51 pays et territoires, du Vieux Continent, ainsi que la Russie, le Groenland et Israël.

Mais, a précisé M. Goffin (MR) en commission de la défense de la Chambre, le quartier-général des forces spéciales américaines en Europe, le « Special Operations Command Europe » (Soceur), pourrait aussi déménager vers Mons en provenance de Stuttgart.

« D’autres quartiers-généraux plus petits ainsi qu’un bataillon d’artillerie antiaérienne et un bataillon du génie pourraient déménager vers l’aérodrome de Chièvres, à proximité de Mons », a ajouté le ministre.

Selon lui, l’impact possible pour la Belgique peut être estimé à environ 2.000 militaires, essentiellement à la base de Chièvres mais aussi au Shape à Mons.

M. Goffin s’est toutefois voulu, tout comme la semaine dernière, prudent. « Il s’agit donc d’un concept. Rien n’est établi définitivement », a-t-il souligné.

Source: Belga