Trois ans après sa disparition: l’arméé belge réactive son artillerie antiaérienne

15/10/2020, 12:34
Mistral
Shares288

Dans un message flash à son personnel, le général-major Pierre Gérard a annoncé que la Composante Terre allait réactiver son artillerie antiaérienne, trois ans après sa disparition.

La décision a été prise lors par le Capability Team Steering Group (CTSG) du 24 septembre dans le cadre du plan d’avenir de la Composante Terre. Il s’agit d’une reconstruction progressive avec dans un premier temps un focus sur le maintien et le savoir-faire en interne et ensuite la formation et l’entraînement Mistral avec les partenaires français. « La Composante Terre sera, après une décision politique accordant la reconstitution de la capacité GBAD (Defence Ground-based Air Defence), prête à l’horizon 2030 pour répondre à l’objectif Very Short Range Air Defence (VSHORAD) exigé par l’OTAN », explique le général-major Pierre Gérard.

Le 11 mai 2017, le bataillon d’Artillerie de Brasschaat avait tiré son dernier missile Mistral en Estonie en présence du chef de la Défense, le général Marc Compernol. Les 37 artilleurs antiaériens de Lombardsijde ont été transférés vers d’autres unités. En 2018, treize d’entre eux ont rejoint le Ci-MEG, qui a eu ainsi une nouvelle antenne sur la côte flamande. Cette disparition était inscrite dans la vision stratégique de 2016. Le système Mistral avait été acheté en 1991 afin de remplacer le missile HAWK (Homing-All-the-Way Killer) et le canon blindé antiaérien GEPARD.