La police va progressivement remplacer les militaires en rue

18/12/2019, 07:02
Des militaires belges engagés dans l'opération
© Défense

Le nombre de militaires engagés dans l’opération “Vigilant Guardian” (OVG) en renfort de la police fédérale pourrait se réduire à 200 personnes, avec une réserve rapidement déployable de cent militaires, a indiqué mercredi le nouveau ministre de la Défense, Philippe Goffin.

Actuellement, 420 militaires sont engagés 24 heures sur 24 et sept jours sur sept en soutien de la police intégrée, dont 94 en réserve “rapidement disponible”, a-t-il expliqué lors de sa première séance de questions devant la commission de la défense de la Chambre depuis son entrée en fonction, le 30 novembre.

“Vigilant Guardian” est en cours depuis le 17 janvier 2015, à la suite de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris et du démantèlement d’une cellule djihadiste à Verviers. L’opération a mobilisé jusqu’à 1.800 militaires après les attentats du 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem et dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles, avant de connaitre une réduction des effectifs à 550 au maximum – mais à quelque 415 dans les faits.

Selon M. Goffin (MR), un plan de réduction progressive des effectifs a été négocié entre la police fédérale et la Défense.

Il prévoit une reprise progressive des missions de surveillance en rue, à Bruxelles et à Anvers, ainsi que des sites nucléaires par la police fédérale. “De telle sorte que 200 militaires déployés et une réserve rapidement déployable d’une centaine d’autres seraient nécessaires pour soutenir la police intégrée”, a précisé le ministre.

A partir de septembre prochain, la police assurerait à nouveau elle-même la protection de la plupart des sites. Seule une trentaine de militaires resterait alors affectée à la garde des sites nucléaires en Flandre, jusqu’à une date qui reste à déterminer, selon M. Goffin.

Source: Belga