Jambes: Le caserne du Génie vient d’être mis en vente par la Défense

26/08/2020, 12:00
Jambes: la caserne du génie peut être vendue
© Défense
Shares656

Le quartier militaire de Wispelaere à Jambes, mieux connu sous le nom de caserne du Génie, vient d’être officiellement mis en vente de gré à gré sur le site du SPF Finances.

L’information percolait depuis des mois, voire des années, déjà. La vente officielle a finalement été programmée par l’Etat pour le deuxième semestre 2020. Confinement oblige, l’opération a été légèrement postposée, mais elle vient d’être officiellement lancée via le site dédié du SPF Finances (Finimmoweb).

Pour la Région et la Ville de Namur, il s’agit d’une opération majeure. C’est pourquoi la hiérarchie militaire et le Collège communal sont en contact direct depuis des mois déjà pour cadrer au mieux l’opération de revente, et surtout le chantier de reconversion qui ne manquera pas de suivre rapidement. Entre-temps, plusieurs services du CPAS local devraient trouver d’ici la Toussaint un hébergement provisoire (deux ans) sur le site à reconvertir.

La mise à prix de départ – 11,5 millions d’euros – situe le potentiel du vaste foncier de près de 9 hectares, offrant 90.000 m2 bâtis logés entre le boulevard de la Meuse et la rue de Dave. La date de clôture de l’offre est fixée au 31 octobre prochain.

Il ne fait déjà aucun doute que les candidats au rachat seront nombreux vu le programme déjà ébauché entre propriétaire actuel et administration namuroise. Dans une lettre récente émanant du Collège communal, le bourgmestre Maxime Prévot (cdH) détaille au responsable de la Défense nationale les grandes lignes de ce programme de reconversion possible et souhaité.

On y aborde d’abord des contraintes environnementales et techniques, comme les risques avérés d’inondation, la protection nécessaire des zones de captage d’eau, les éventuels risques de pollution (matériel roulant) et la création d’un réseau de chaleur.

On y énumère ensuite dans le détail les lignes de force d’un futur projet de reconversion «qui devra permettre le développement d’un nouveau quartier résidentiel venant consolider l’urbanisation de la plaine de Jambes». On y précise qu’il n’est pas souhaitable de développer sur le site des activités commerciales pouvant concurrencer le tissu commercial actuel du centre de Jambes, mais que «des commerces de proximité peuvent être envisagés». On ajoute que, pour assurer une mixité fonctionnelle du futur quartier, «des activités d’artisanat, de logistique urbaine, des surfaces de bureaux ou à destination des professions libérales» pourront être programmées.

Le plus important: la densité de développement envisagée est d’environ 50 logements à l’hectare, soit quelque 445 logements répartis entre constructions neuves et réhabilitées – exhaussées ou non.

Du côté des contraintes urbanistiques soumises au futur développeur, on notera encore la nécessité clairement mentionnée de prévoir une place centrale de grande taille, de nouvelles voiries publiques reliées au réseau existant, un parc d’un seul tenant et des cheminements pour piétons. Enfin, le volet des charges d’urbanisme sera «concerté avec le demandeur (futur acheteur) sur base d’une programmation plus précise» et du montant de référence de 60 euros le mètre carré prescrit par le Guide communal.

Source: L'Echo