Des forces spéciales belges ont participé à l’exercice « Flintlock 2016 » au Sénégal

1/03/2016, 12:32
Un membre du groupe des Forces spéciales belges (SF Gp) sur Flintlock 2016
© SF Groep

Près de 1.700 membres des forces spéciales de 33 pays différents ont participé à « Flintlock 2016 », le plus grand exercice international pour les forces spéciales sur le continent africain. Et parmi eux, il y avait des Belges.

Des membres du groupe des Forces spéciales belges (SF Gp, une unité d’élite) ont participé à « Flintlock 2016 », le plus grand exercice international pour les forces spéciales sur le continent africain, qui s’est déroulé du 8 février à ce lundi au Sénégal, a annoncé le ministère de la Défense.

Près de 1.700 membres des forces spéciales de 33 pays différents ont pris part à Flintlock 2016, des manœuvres militaires annuelles organisées en Afrique par les SF américaines. Les participants africains provenaient du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad, du Niger, du Nigeria et enfin du Sénégal – des pays confrontés à différentes menaces, comme celle posée par les rebelles islamistes du groupe nigérian Boko Haram.

«La formation (dispensée par les troupes occidentales à leurs homologues africaines) vise à lutter contre le trafic d’armes illicites, la contrebande et le trafic d’êtres humains», explique le commandant du détachement du Groupe des forces spéciales (SF Gp) belge engagé dans l’exercice sur le site de la Défense – sans que son nom ne soit dévoilé, pour des raisons de confidentialité.

«L’Occident cherche à renforcer la région, pour créer un ‘tampon’ plus important. Nous leur fournissons les outils nécessaires pour assurer leur sécurité et celle de leurs concitoyens. En partageant nos connaissances, nous contribuons à la stabilité de certains pays tels que le Mali, le Niger et le Sénégal», a ajouté cet officier anonyme.

La participation du SF Gp s’inscrit dans le cadre de l’assistance militaire, l’une des trois tâches principales de cette petite unité casernée à Heverlee , près de Louvain. Elle est également l’occasion de maintenir des contacts internationaux avec des partenaires de la coalition, ajoute la Défense, qui publie quelques photos des militaires belges – au visage flouté – et de leur véhicule JACAM, un Unimog fortement modifié.

La Défense cite aussi un lieutenant nigérien, tout aussi anonyme, bénéficiaire de la formation en contre-terrorisme dispensée par les forces spéciales. «Les Belges sont très professionnels et ont beaucoup d’expérience en Afrique. Ils savent très bien ce dont nous avons besoin quotidiennement et adaptent la formation», a-t-il expliqué.

Source: Belga