Conséquence du coronavirus: des vols militaires à basse altitude intensifs en Belgique

13/01/2021, 11:30
Un avion de transport C-130H Hercules de l’armée belge
© la Défense

Les avions de transport C-130 Hercules de la composante Air, en fin de vie, et les successeurs, les nouveaux Airbus A400M Atlas, effectueront cette année «plus souvent» et «plus intensément» des vols à basse altitude et dans un cadre tactique — notamment de nuit — au-dessus du territoire belge, a indiqué le ministère de la Défense.

Ces activités d’entraînement sont habituellement menées à l’étranger car en Belgique, outre l’espace aérien disponible, les sites d’atterrissage et les zones de largage ainsi que de vols à basse altitude sont «très limités». Mais en raison de la crise sanitaire qui sévit au niveau mondial, «de telles options à l’étranger ont été considérablement réduites et des alternatives sont activement recherchées dans notre périmètre», a précisé la Défense sur son site internet.

Selon elle, le 15e wing de transport aérien, basé à Melsbroek, la partie militaire de l’aéroport de Zaventem, doit rester en mesure, même en cette période de transition entre deux types d’avions, de fournir un appui permanent aux opérations en cours comme au Mali, au Niger, en Jordanie et sur d’autres théâtres d’opérations.

Du 4 au 8 janvier, deux de ses C-130 et un A400M ont intensivement utilisé la base aérienne de Coxyde afin de mener à bien des opérations tactiques de nuit, avec l’utilisation de lunettes de vision nocturne (en jargon «Night Vision Goggles», NVG), qui permettent d’engager les appareils militaires 24 heures sur 24.

Les équipages doivent opérer pour de tels vols d’un aéroport et d’une piste sans éclairage — ce qui est impossible à Brussels Airport.

Selon la Défense, «afin de limiter les éventuels désagréments causés à la population, les périodes d’entraînements intensifs seront concentrées autour des bases militaires de Coxyde, Kleine-Brogel, Beauvechain et Florennes pour une durée maximale d’une semaine chacune».

La zone de largage de Schaffen-Diest sera aussi fortement sollicitée tout au long de l’année au profit de la formation opérationnelle des équipages d’A400M.

La Défense a enfin récemment étendu son partenariat avec l’US Air Force et la base aérienne de Chièvres (entre Mons et Ath), permettant à ses équipages de transport l’utilisation d’un «assault strip» (une piste très courte pour effectuer des atterrissages d’assaut).

Source: Belga