Comment les renseignements militaires vont utiliser leur nouveau satellite espion

11/01/2021, 18:25
Sateliet
Archive

La Défense s’est associée au projet de satellite espion français CSO. Histoire de bénéficier d’images de la Terre en haute résolution, pour accompagner nos soldats ou civils belges en zones sensibles.

Le lancement s’est opéré le 29 décembre, depuis la base guyanaise de Kourou. Embarqué sur une fusée Soyouz, le satellite espion français CSO-2 (pour Composante spatiale optique) a rejoint en orbite autour de la Terre CSO-1, lancé deux ans plus tôt. Le dispositif devrait être complété en 2022 par un troisième et dernier satellite militaire.

Et à bord, un peu de la Défense belge. Le Royaume a participé à hauteur de près de 100 millions d’euros à CSO, pour rejoindre ce programme français aux côtés de l’Allemagne, de la Suède et de l’Italie. Plus ou moins simultanément au lancement du 29 décembre, la Belgique a tourné la page de l’ancien programme, Helios.

Plus: Le Soir (abonnés)

Source: Le Soir