Beauvechain: un hélicoptère plus léger pour remplacer le NH-90?

18/07/2020, 08:00
NH-90 TTH Helicopter with SF Operator and his dog
© SF Gp
Shares263

Des pistes sont à l’étude pour l’appui aérien des Composantes Terre et Médicale, dont l’achat d’un hélicoptère plus léger et facile d’entretien.

Assiste-t-on au déclassement des quatre hélicoptères NH-90 de transport tactique (TTH)? La question de leur remplacement est en tout cas sur la table.

Fin juin, la Composante Air de la Défense annonçait qu’elle réduisait le plan de vol annuel de ces hélicoptères qui sont basés à Beauvechain, passant de 1 000 à 600 h.

Déjà interrogé sur le sujet lors de la séance plénière de la Chambre des représentants du 25 juin dernier, le ministre de la Défense, Philippe Goffin (MR), a, à nouveau, été soumis à un tir de questions sur le futur des NH-90, ce mercredi lors d’une réunion de la commission Défense à la Chambre.

«Il est embarrassant que le NH-90, le fleuron du transport de troupes, soit progressivement abandonné», a lancé le député Peter Buysrogge (N-VA).

Le ministre a, lui, répété les arguments avancés pour justifier le choix de cette réduction: un support industriel insuffisant, des coûts de maintenance et de mises à niveau très élevés ainsi que le manque de personnel technique au sein de l’armée.

«Impossible à prévoir en 2007»

Le ministre ne remet toutefois pas en cause la décision d’acheter ces engins prise en 2007 par le gouvernement Verhofstadt II, qui avait pour ministre de la Défense le Nivellois André Flahaut (PS). «Nos pays partenaires – en particulier les Pays-Bas, la France et l’Allemagne – ayant également choisi d’acheter le NH-90, le choix du même système d’armes offrait des avantages opérationnels en matière d’interopérabilité technique et logistique, grâce à la mise en commun du matériel. Il était dès lors impossible en 2007 de prévoir que le support industriel ne serait pas au niveau souhaité par les clients et que les coûts de maintenance et des évolutions futures seraient aussi élevés.»

Quant au manque de personnel technique, la Défense conjecture une pénurie croissante, allant jusqu’à 33% du nombre de techniciens aéronautiques au sein de la Composante Air entre 2019 et 2026. «Cela nous amène à faire des choix.»

Et la priorité a été donnée aux quatre NH-90 NFH (version marine) qui assurent les missions de sauvetage et d’appui aux frégates. La décision de réduire le plan de vol de ses frères brabançons va permettre de renforcer l’équipe de maintenance de Coxyde.

Pas d’opération à l’étranger

Conséquences aussi: les NH-90 TTH ne partiront plus en opération à l’étranger, mais les activités d’entraînement sont maintenues, assure le ministre. Cela doit permettre aux pilotes de garder leurs qualifications et de soutenir les exercices des Composantes Terre, pour le transport de troupe et de matériel, et Médicale, pour l’évacuation médicale.

Quant au futur, différentes pistes sont étudiées. «Les premiers résultats seront présentés dans le cadre des négociations gouvernementales. L’une des options est un appareil plus léger et plus facile à entretenir, qui permettrait à terme d’uniformiser également la flotte d’hélicoptères (NDLR: d’ici dix ans, les hélicoptères Agusta A-109, aussi à Beauvechain, auront fait leur temps)

Dans cette optique, des rumeurs évoquent l’Airbus H145.

Comme lors de la séance plénière, le ministre Goffin renvoie donc au prochain gouvernement la responsabilité de fixer le sort des NH-90 TTH.

Source: L'Avenir