Jurgen Conings se serait suicidé: son corps a été retrouvé dans un bois dans le Limbourg

20/06/2021, 13:41
Jurgen Conings
Shares363

Le corps sans vie du militaire d’extrême droite a été retrouvé dans un bois du Limbourg, après 5 semaines de recherches.

La chasse à l’homme est terminée. Le corps du militaire d’extrême droite radicalisé Jürgen Conings, recherché depuis plus d’un mois, a été retrouvé dans un bois. D’après les premières constatations, la cause de la mort est imputable à un suicide par arme à feu qui devra être confirmée par une expertise médico-légale, a indiqué le parquet dans un communiqué. « Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait de Conings Jürgen, disparu depuis le 17 mai 2021 », selon cette source.

 

Le corps de l’homme a été découvert par un chasseur et des promeneurs dans les bois de la commune de Dilsen-Stockem, dans une zone où des recherches avaient été effectuées à plusieurs reprises après la découverte de son véhicule, le 18 mai au lendemain de sa fuite.

Considéré comme dangereux, le militaire de 46 ans, fiché par l’organisme d’analyse de la menace terroriste (Ocam), était soupçonné de vouloir s’en prendre au virologue Marc Van Ranst ainsi qu’à une mosquée. Il avait malgré tout accès à des armes et des munitions dans sa caserne. Quatre lance-roquettes antichar et des munitions avaient été retrouvés dans son véhicule abandonné. Selon le chasseur qui a retrouvé le corps, Jurgen Conings était équipé d’un riotgun, d’une arme de poing 5.7, d’une hache, d’un canif et de munitions.

« On est soulagés de pouvoir mettre un terme aux recherches », a réagi la bourgmestre de Dilsen-Stokkem, Sofie Vandeweerd (Open Vld). « Il était temps que l’histoire se termine après 5 semaines… ». « Le Fédéral a travaillé intensivement, mais la charge commençait également à peser sur les épaules de nos collègues de la police locale. » Des recherches visant à retrouver le militaire en fuite ont en effet été menées durant plusieurs semaines dans le parc national de la Haute Campine, qui s’étend en partie sur la commune de Dilsen-Stokkem. « Mais d’un autre côté, c’est triste pour sa petite amie et ses enfants », a ajouté la bourgmestre.

Le virologue Marc Van Ranst a déclaré, par téléphone, qu’il était soulagé pour sa famille et pour lui-même. Il ajoute que ses pensées vont à la famille et aux amis de Jürgen Conings, qui ont perdu un être cher.

« Les politiciens doivent tirer une leçon de cette histoire, à la fois sur l’extrémisme et la lutte contre la radicalisation, et sur l’accompagnement psychologique à apporter auprès des militaires, surtout après une mission militaire à l’étranger », a réagi Theo Francken (N-VA).

Jürgen Conings avait été placé sur la liste de l’Ocam en février dernier mais ni les hiérarchies du ministère de la Défense ni celle du renseignement militaire n’avaient été informées de cette inscription.

Il avait été sanctionné par sa hiérarchie en 2020 en raison de son profil radicalisé et de propos racistes sur Facebook, par le retrait de son habilitation de sécurité. Mais en tant qu’assistant des instructeurs militaires préparant les candidats aux missions à l’étranger, il avait accès au dépôt d’armes.

Depuis la fuite de Conings, 12 militaires ont été écartés des dépôts et des lieux sensibles en raison de leurs opinions radicales. Le gouvernement belge s’est engagé à durcir les règles d’accès aux armements et plusieurs enquêtes internes ont été déclenchées.

Source: Le Soir