Le ministre Reynders à la rencontre de militaires intervenus lors des attentats de Bruxelles

23.03.2019 0 45

Le ministre Reynders à la rencontre de militaires intervenus lors des attentats de Bruxelles
Belgian Army Twitter

Le ministre des Affaires étrangères et de la Défense Didier Reynders a rencontré des militaires intervenus lors des attentats du 22 mars 2016 ainsi que des membres de la composante médicale de l’armée, vendredi, à l’hôpital militaire de Neder-Over Heembeek. Environ cent victimes y avaient été transférées après les attaques à l’aéroport de Zaventem et dans la station de métro Maelbeek. Le ministre a plaidé pour mettre en place un « hôpital de crise »

En présence notamment du général Marc Compernol, chef de la Défense, et du général-major Pierre Neirinckx, chef de la composante médicale, Didier Reynders s’est entretenu avec les militaires qui faisaient partie du dispositif Operation Vigilant Guardian (OVG) lors des attaques terroristes. Il a échangé entre autres avec des membres du Bataillon de Chasseurs à Cheval (ISTAR) et du Régiment de Carabiniers/Grenadiers, parmi les premiers à intervenir à l’aéroport de Zaventem et à Maelbeek.

«Notre première action a été de sauver le maximum de personnes qui se trouvaient sous les débris», a détaillé un commandant de section qui se trouvait dans le hall des départs de l’aéroport national au moment des explosions. «Nous avons aidé les victimes, fourni les premiers soins. Ce jour-là, nous avons eu de bons réflexes et une bonne réaction. Tout le monde savait ce qu’il avait à faire, tout s’est déroulé de manière professionnelle et très rapidement.»

Le ministre des Affaires étrangères et de la Défense a également rencontré des équipes d’intervention de la composante militaire, chargées du triage, de la stabilisation et de l’évacuation des blessés, ainsi que le personnel hospitalier de Neder-Over-Heembeek. Le 22 mars 2016, le hall d’entrée de l’hôpital militaire s’était transformé en poste médical avancé et avait accueilli quelque 100 blessés, qui avaient fait l’objet d’un «triage militaire» selon la gravité des blessures.

A l’issue de ces rencontres, Didier Reynders a salué l’engagement «remarquable» des militaires le jour des attentats terroristes. «Tout le monde a quitté son bureau, a quitté sa formation ou sa maison et a agi directement. Cette mobilisation est une tradition au sein de l’armée. C’est très révélateur de voir cet esprit de mobilisation immédiate des militaires.»

En raison de l’expertise des équipes et des infrastructures disponibles à Neder-Over-Heembeek, Didier Reynders plaide par ailleurs pour la mise en place d’un «hôpital de crise» pour la gestion de tels événements et la formation des corps médicaux. «Je pense que l’hôpital militaire a un rôle majeur à jouer en la matière», a-t-il précisé auprès de l’agence Belga. «D’abord pour sa capacité d’accueil d’un grand nombre de personnes en peu de temps et de mobilisation de son personnel, mais aussi pour la possibilité de formation du personnel d’autres hôpitaux.»

Le ministre dit examiner ce dossier avec ses collègues de la Santé publique Maggie De Block et de l’Intérieur Pieter De Crem.

Vendredi après-midi, Didier Reynders a également assisté à des démonstrations statiques et dynamiques afin d’illustrer l’organisation de l’appui médical en opération. Ces simulations ont présenté les premiers secours en situation de combat, les véhicules ambulanciers militaires, l’utilisation d’un «simulateur avancé de patients» pour la formation médicale, les modules chirurgicaux «engageables» ainsi que le travail d’une équipe spécialisée dans les interventions chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires.