Général Marc Thys: "Les objectifs fixés par l'Otan et l'UE sont d'une autre galaxie"

07.02.2019 0 159

le général-major Marc Thys

Pour atteindre les objectifs fixés par l'Otan à la Belgique en termes de capacités terrestres pour son armée, il faudrait quasiment doubler les effectifs de la composante Terre, a affirmé jeudi le commandant de cette composante, numériquement la plus nombreuse des quatre que comptent les forces armées, le général-major Marc Thys, en rappelant que sa première priorité était son personnel.

La composante Terre compte actuellement quelque 10.500 militaires, hommes et femmes, répartis entre une brigade motorisée, créée en novembre dernier et forte de quelque 5.000 hommes et femmes - sur les 7.000 prévus sur papier -, un "Special Operations Regiment" (SOR) d'un millier de personnes et diverses plus petites unités et centres de formation.

Or, la Belgique fait traditionnellement figure de mauvais élève au sein de l'Otan - et de l'Union européenne, elle aussi de plus en plus exigeante en matière de défense. Au point de faire connaître à l'armée une "crise existentielle et structurelle", a affirmé le général Thys lors d'un entretien accordé à l'agence Belga.

Vingt-deux objectifs ("targets") définis par l'Otan dans le cadre du "Nato Defence Planning Process" (NDPP) ne sont pas encore planifiés dans la "vision stratégique" définie en 2016 par le gouvernement Michel 1er et qui vise à réinvestir dans la défense après des années d'économies. Alors que tant l'Alliance atlantique que l'UE revoient leur niveau d'ambition militaire à la hausse en raison de la dégradation du contexte géopolitique mondial.

Parmi ces objectifs fixés par l'Otan - outre les fameux 2% du Produit intérieur brut (PIB) affectés aux dépenses de défense, là où la Belgique se situe en queue de peloton, à 0,93% - figure la mise sur pied d'une seconde brigade.

"Ces targets qui nous sont fixés par l'Otan et l'UE sont d'une autre galaxie", a souligné le général Thys.