Flawinne: la Défense recrute des para-commandos

01.02.2019 0 1043

la Défense recrute des para-commandos
2 Cdo

il y a deux semaines la caserne 2 Bataillon de Commandos de Flawinne a organisé un jobday. L’objectif: faire découvrir pour mieux recruter. 85 engagements sont prévus.

«Ne pensez pas que seules les capacités physiques comptent pour devenir para-commando. Si vous n’avez pas le mental qui va avec, vous pouvez tout de suite faire une croix sur une éventuelle inscription chez nous.» Dès le début de la visite, Pascal Gilson rappelle à l’ordre les 140 jeunes venus s’informer sur ce métier hors du commun. Le capitaine-commandant et directeur du Centre d’information de Namur le sait, les jeunes arrivent souvent ici avec une vision tronquée du métier à cause des jeux et films auxquels ils sont habitués.

L’objectif de cette journée est donc de combattre ces clichés sur les para-commandos et montrer la réalité du terrain. Mais pas que. En organisant cette visite, le 2 Bataillon de Commandos de Flawinne espère faire découvrir toutes les réalités du métier: les différentes fonctions, l’organisation quotidienne mais également la vie au sein d’une unité. Au programme: présentation des épreuves de sélection et de la formation, simulation d’une attaque armée sur la piste d’obstacles et visite guidée des infrastructures, des véhicules et des salles d’entraînement.

Cette ouverture de la caserne au public n’intervient pas par hasard. Face à un personnel vieillissant et à de multiples départs à la retraite, la Défense compte recruter 2035 soldats, officiers et sous-officiers en 2019, dont 85 para-commandos. Des recrutements qui se feront en deux temps: 30 personnes seront sélectionnées en mai et les 55 autres au mois de septembre.

Des débuts difficiles

S’engager dans l’armée, un rêve que beaucoup sous-estiment selon Pascal Gilson. Le capitaine-commandant explique que «durant la première année de formation, environ 40% des jeunes arrêtent. Soit parce qu’ils découvrent que le métier de para-commando n’est finalement pas fait pour eux et qu’ils se verraient mieux dans une autre fonction au sein de l’armée ou autre part, soit parce que leur condition physique ne leur permet pas d’aller plus loin.»

Mais avant d’entamer sa formation, il faut d’abord être sélectionné. Et beaucoup ne réussissent pas cette première étape. Avant d’être accepté au sein de l’armée, les potentielles recrues doivent passer une batterie de tests pour évaluer leurs capacités physiques ainsi que leur santé physique et mentale. C’est à ce stade-là qu’un premier écrémage est fait et que beaucoup ne peuvent pas passer au second niveau qu’est la formation.

Pour ceux qui se verraient bien faire carrière chez les para-commandos et qui ont raté ce jobday, pas de panique. Une seconde journée de découverte aura lieu en juin pour les recrutements de septembre.